Cosmè Tura, le peintre alchimiste dans STILE arte

Pour commencer, notons tout de suite que ce site est en italien, et qu’il n’y a à priori pas de possibilité d’en changer la langue.

STILE arte est un périodique fondé en 1995, comme vous pouvez  le voir en cliquant sur l’onglet -La Rivista-, qui a pour but premier de comprendre en profondeur la culture et l’art en « lisant les peintures », et de le faire comprendre à ses lecteurs ! Il s’agit là d’une vaste ambition, qui atteste d’emblée d’une certaine exigence et en effet comme l’article de présentation de la revue le signale, elle s’oblige à un « haut niveau qualitatif ».

Ce haut niveau qualitatif est permis grâce à des sources de première main si l’on en croit le descriptif : des études sérieuses sont envoyées à STILE arte à des fins de publication, et donc de diffusion auprès d’un public plus large. Lire la suite

Publicités

Cosmè Tura à l’ère du Web 2.0

J’ai trouvé quelque chose de très amusant en explorant Internet pour rédiger un article de plus: Cosmè Tura, qui pour rappel est mort en 1495, a un compte Facebook. Oui, vous avez bien lu. Je trouve cela suffisamment intrigant pour écrire un petit quelque chose dessus. Si je signale ce qui peut sembler peu sérieux, un compte Facebook pour un peintre du Quattrocento, c’est parce que ça l’est tout à fait! D’autant que cela a permis une recherche par rebonds 🙂 et donc donnera lieu à un autre article. Lire la suite

Les encyclopédies numériques : illusion de savoir et savoir gratuit ?

Jusque là toutes nos recherches ont visé sur le mot clé « Cosmè Tura ». Intéressons-nous maintenant à l’autre partie de notre sujet : la pietà. Pour cette étude le moyen le plus facile de la développer me semblerait de me tourner vers les encyclopédies ou/et les dictionnaires. Autrefois, cela nécessitait le déplacement à la bibliothèque ou de posséder dans sa librairie de tels ouvrages, qui, on le sait, sont chers et prennent une place considérable, surtout si on est étudiant en déplacement  🙂 Lire la suite

CCFR, OPAC SNB et Kubikat. Catalogues collectifs et Web 2.0 : sur le chemin (numérique) du savoir

Jusqu’ici nous vous avons parlés d’éditions numériques, de livres numériques, de blogs, de portails et de banques d’images. Bref, de ressources purement virtuelles, n’existant que sous la fameuse formule binaire, ne débouchant sur aucune source matérielle autrement dit source papier.

Or, si le passage de la culture papier à la culture numérique est de nos jours définitivement enclenchée et constitue une étape décisive dans la formation et la communication du savoir, on ne doit pas pour autant négliger le support qui a prévalu pendant plus d’un millénaire et que l’on tente de nos jours de conserver : le papier. Les livres sont en effet une source d’information riche et abondante malgré le passage au numérique. Toute université, ville ou école possède sa bibliothèque, et certaines occupent des édifices somptueux (pensons à la New York Royal Library et son décor ou, plus proche de nous, à la Bibliothèque Sainte-Géneviève, à Paris). Lire la suite